Objectif (presque) zéro déchet


L’objectif zéro déchet est un retour aux sources :
  • avant les couches jetables vendues par millions, nous utilisions des couches lavables en coton,
  • avant les formaldéhyde, benzène et autres éthers de glycol hautement toxiques, nous utilisions du savon noir, du bicarbonate et du vinaigre,
  • avant les innombrables cosmétiques qui remplissent les rayons des grands magasins (et nos étagères), nous utilisions du beurre de karité, de l'huile d'amandes douces et de la sève d'aloe vera,
  • avant d'être envahis de burgers et de pizzas, nous mangions des fruits et des légumes que nous préparions à chaque repas,
  • et avant de distinguer conventionnel et bio, la nourriture était naturellement bio, sans le dire et sans certification.
Retour aux sources, oui, mais pas retour en arrière ! Bien au contraire, ces pratiques sont écologiques, économiques et responsables.

Ben oui, mais quel rapport avec les déchets ?

Pour les couches, pas besoin de vous faire un dessin, mais pour les produits ménagers, si l'on compte le nombre de boîtes, de flacons, bouteilles, tubes et bidons qui envahissent nos étagères de cuisine, de W-C et de buanderie, c'est proprement ahurissant. Pour les cosmétiques, même constat !
Et pour la nourriture industrielle, il y a les boîtes, les gobelets, les suremballages, sans compter les cartons de regroupement et les palettes, alors qu'au marché, les emballages ressemblaient à ceux des épiceries vrac d'aujourd'hui, minimalistes...
Quant aux fruits et légumes bio de supermarché, il sont emballés pour ne pas les confondre avec les autres, moins chers.
Finalement, réinventer la roue est bien utile pour réduire nos déchets.

Mais le plus important c'est que cette prise de conscience individuelle est le point de départ vers des actions plus collectives.

Que pourrait-on faire collectivement pour réduire nos déchets ?

Organiser nos réunions, manifestations et séminaires sans emballages jetables, même s'ils sont en carton.
Créer des ateliers où l'on apprend à accommoder les restes qui traînent dans le frigo.
S'unir avec d'autres associations de même type pour :
  • demander aux fabricants de changer leurs emballages plastique en emballages carton,
  • convaincre les concessionnaires automobiles et les contrôles techniques de supprimer les chemises cartonnées servant à nous remettre leurs factures,
  • ... et les pharmacies leurs sacs en plastique, ainsi que les marchands de chaussures, les boutiques de déco et les accessoiristes en tout genre.

Et maintenant à vous de participer !

Inscrivez-vous ici pour contribuer
et
Ajoutez vos propositions d'actions collectives